Rencontre avec une entrepreneuse
Naomi, ostéopathe animalière

Naomi, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m'appelle Naomi, j'ai 30 ans et je suis ostéopathe animalière ! Comme pour l'humain, mon métier d'ostéopathe consiste à prendre en charge un animal pour différentes problématiques. J'utilise mes mains et ma conscience pour aider le corps à libérer les tensions qu'il accumule au cours de la vie, les différents traumatismes que l'animal peut vivre ou avoir vécu. Cela va d'un simple moment de stress à l'accident/opération en passant par les activités quotidiennes qui sollicite le corps et le mental de l'animal.

Pourquoi as-tu choisi cette voie ? Quel a été ton parcours ?

C'est le premier métier que j'ai vraiment voulu faire car quand j'étais au collège, j'étais cavalière et mon cheval de l'époque voyait régulièrement l'ostéopathe. Je sentais bien l'avant/après de la séance, avec un cheval plus souple, moins rétif au travail. Je trouvais ça assez impressionnant les manipulations qu'il pouvait parfois faire à mon cheval !

Puis la vie a fait que j'ai rencontré beaucoup de gens du milieu artistique qui me plaisait aussi beaucoup donc je suis partie dans un cursus plutôt tourné dans les arts ! Après ma licence pro, j'ai décroché mon premier CDI dans une boite qui réalisait des photos mais au bout d'un an, ils ont déposé le bilan. J'ai vécu mon premier licenciement économique, ce qui n'a pas été de tout repos émotionnellement !

S'en est suivi une grosse remise en question sur ce que je voulais faire de ma vie, et puis après discussion avec plusieurs personnes de mon entourage, je me suis à nouveau renseigné sur les métiers animaliers ! L'ostéopathie est très vite revenue sur le tapis car je voyais moi-même l'ostéopathe régulièrement depuis des années. Je me soignais et soignais mes animaux avant tout par les médecines alternatives ! En me renseignant, j'ai découvert que j'avais dans mon entourage un copain qui était en école d'ostéopathie animale ! Un signe ? Alors j'ai discuté avec lui, j'ai continué mes recherches et en juillet 2015 j'ai postulé dans une école à Rouen où j'ai été acceptée !

Pour quels animaux proposes-tu de l'ostéopathie ? Quels problèmes ont-ils ?

Je propose des séances d'ostéopathie pour toutes les espèces qu'il est possible d'approcher ! Cela va du cheval au chien en passant par les animaux dits "de rente" (bovins, chèvres, moutons, ...) et les NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie: lapins, rongeurs, reptiles, oiseaux) !

Pour les motifs de consultation cela varie. C'est principalement pour des boiteries, des raideurs (dans la démarche, pour se coucher ou se lever), pour du suivi vieillissement (arthrose, douleurs, ...), des problèmes digestifs, apporter du confort lors de pathologies vétérinaires, aider à la préparation et récupération lors d'activités sportives, suivi de gestation, récupération post-opératoire, problèmes au travail (pour les chevaux ou chiens de travail), stress, et bien d'autres encore !

Selon le motif de consultation évoqué par le propriétaire au téléphone, je peux demander si l'animal a été vu par le vétérinaire. Je dois m'assurer que le problème soit de mon ressort. Si besoin même une fois chez le patient, je peux très bien référer l'animal vers un autre praticien (vétérinaire, maréchal ferrant, dentiste, centre de rééducation, comportementaliste, autres médecines alternatives, ...)

Tu es sortie de l'école depuis moins d'un an, comment se passe l'entrée dans le monde professionnel ? Comment trouves-tu tes clients ?

Pour développer ma patientèle, pour l'instant je ne met pas beaucoup de stratégies en place car la réglementation de l'ostéopathie animale requiert de passer un examen théorique et pratique en sortant de l'école (même après avoir validé notre diplôme). Il est conseillé de rester relativement discret avant d'avoir validé cet examen.

Donc pour le moment c'est principalement du bouche à oreille. C'est assez long surtout quand on s'installe dans une région qu'on ne connait pas et où on ne connait personne ! Disons que je me sentirai plus à l'aise quand j'aurai au moins validé la théorie d'ici quelques mois. Ensuite je pourrai me présenter à d'autres corps de métiers animaliers et pouvoir intervenir dans différents événements. J'ai déjà quelques pistes pour ça 🙂


Je suis assez confiante pour mon développement, je sais que cela va se faire, mais je sais que ça prend du temps. Je préfère prendre le temps qu'il faut pour me développer aussi personnellement. C'est très important en tant que thérapeute de continuer à travailler sur soi, se former, etc !

Selon toi, quel est ton plus gros challenge sur le digital ?

Je dirai que ce serait de faire des posts réguliers et attrayants sur Facebook et Instagram. J'avais commencé au début de mon installation à poster régulièrement. Durant plusieurs mois, la vie a fait que j'ai laissé un peu la communication de côté, je m'y remet doucement ! On va dire que ces temps-ci je réfléchis et j'organise ma stratégie digitale !

Que pourrais-tu conseiller à quelqu'un qui voudrait travailler avec les animaux ?

La question redoutée, redoutable ! (ahah)
Si la personne n'a pas encore d'idée précise du métier animalier qu'elle aimerait faire, je dirai déjà de se renseigner sur les différents métiers existants (selon la ou les espèces que la personne affectionne) et ne pas hésiter à discuter avec des gens du milieu ! On diabolise beaucoup les réseaux sociaux et parfois à juste titre, mais ils permettent aussi de pouvoir contacter plus facilement des personnes de tous domaines professionnels. Je pense que c'est très important de pouvoir réfléchir aux questions qu'on pourrait avoir. Il ne faut pas hésiter à discuter avec différentes personnes voire les rencontrer !

C'est important de se rendre compte des tenants et des aboutissants du ou des métiers envisagés. Travailler avec les animaux c'est génial (ça je ne peux pas dire le contraire) mais ça n'est pas toujours tout rose. Il y a aussi les moments plus difficiles de maladies, de fin de vie, la gestion du/des propriétaires, etc. C'est donc bien de voir aussi les côtés moins confortables pour être sûr que cela nous plait vraiment ! Ça c'était pour le côté plus terre à terre 🙂

Mais surtout, comme pour tout domaine, vraiment tout donner, s'investir autant que l'on peut, être curieux, se cultiver, lire, rencontrer, essayer. Ça vaut tellement le coup ! Pour moi c'est un vrai privilège de pouvoir travailler avec les animaux, et il faut être à la hauteur ! Aussi, le monde animal est au centre de beaucoup de débats de nos jours (notamment concernant le bien-être animal) : les différents domaines animaliers évoluent sans cesse. Il faut donc suivre cette constante évolution pour essayer d'être au top 😀

Ce sont de vrais métiers passion, il faut donc entretenir la flamme !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *